Jeux vidéo

The last of us, Elie & Joël on su me convaincre.

Écrit par OZSMOZ

Ce soir, la sortie d’une suite à The last of Us a été annoncé. Et ce soir, je commence à écrire ma critique sur ce jeu. J’ai commencé ce jeu pendant mon année à Rio, sur PS3. A l’époque, je n’avais pas accroché plus que ça, et puis @legamerbarbu me l’a envoyé. Je me suis donc assise confortablement devant ma PS4 (que je n’allume jamais…) et j’ai commencé à jouer. Je revécus les quelques moments déjà vécus deux années plus tôt a plusieurs milliers de kilomètres de là, puis j’ai eu un déclic. Un déclic que je n’avais pas eu la première fois. Il faut savoir que j’aime les jeux où je peux façonner mon personnage, où je peux choisir ses réponses, son attitude. Joël était déjà ce qu’il était, et j’ai appris à l’aimer. Je me suis beaucoup attaché à lui, j’ai compris ses motivations, j’ai compris ses choix. L’empathie a pris le dessus. Tout au long du jeu, je n’ai fait que suivre bons grés mal grés les aventures de Joël et de Élie. J’étais là, bouche bée devant les situations, ou parfois leurs disant que « Bon Dieu, c’était évident sérieux ! » Mais je suis restée là scotché devant ma TV 8 heures de suite pour finir le jeu en deux jours.

cx3taocxcaaruhe

Je suis rentrée dans l’histoire et j’ai joué le jeu à fond. J’ai fait de Joël une machine de guerre. Oublié tout de suite l’infiltration, j’ai massacré chaque personne se trouvant sur mon chemin, humain ou non. J’ai tué à tour de bras pour protégé Élie, pour assouvir une certaine vengeance, ou par pur plaisir, choisissez la réponse qui vous conviendra la mieux. Je n’ai laissé derrière moi que des cadavres. J’ai mis plusieurs heures, mais j’ai utilisé le gameplay à fond. Créant des bombes à clou, des surins, j’ai upgradé mes armes, mes compétences… Plus le jeu m’offrait de possibilités et plus j’en profiter. Pendant la mission de fin, c’était un vrai régal. Des dizaines d’ennemies partout, et moi, seul, muni d’un véritable arsenal de guerre. Quand je suis rentrée dans la dernière pièce, je n’ai même pas cherché à comprendre, j’ai tué toutes les personnes qui s’y trouvaient et je suis partie.

cx30fw6wgaamhf7

Je ne vais pas vous répétez ce que tout le monde a dit pendant des années sur le jeu, puisque j’arrive un peu après la guerre je sais bien. (Toujours en retard sur la hype, mais c’est une exclue console faut me comprendre aussi.) Je ne dirais pas que ce jeu à changer ma vie non plus. (Parce que beaucoup d’autres sont passés avant eux. Mass effect, Witcher…), mais à la fin, j’ai ressenti la même sensation que quand j’ai fini mes jeux préférés : cette espèce de vide. Ce jeu m’a captivée pendant de longues heures, je me suis impliqué dans la relation Joël/Élie, dans leur quête, dans leur survie. J’étais triste de les quitter. Mais j’étais très satisfaite de la fin.

cx37qnhxcaeqhc2

The last of Us m’a raconté une remarquable histoire. J’ai vu pendant plusieurs heures une relation magnifique se développer sous mes yeux et c’est ça tout ce que j’aurais à retenir de ce jeu. Joël a une évolution incroyable. Au début bourru à la fin protecteur. Élie est  fidèle à elle-même, tellement attachante que j’étais dans un état de nervosité dans la mission finale,qui approchait l’état de Joël. Elle rentre dans la catégorie de ces jeunes femmes fortes que j’adore voir dans les jeux vidéo. Elle rejoint ainsi la petite team Lara, Clémentine, Liara.

cx4kahyxcaafm4x

Je ne regrette absolument pas d’avoir fait le jeu après tout le monde et d’avoir pris mon temps pour le découvrir. J’ai pu éviter (je ne sais comment) tous les spoileurs pendant des années et j’ai donc pris un plaisir infini à découvrir le jeu sur ma PS4. Jeu que j’ai trouvé magnifique de bout en bout. Souvent, je me suis arrêtée pour faire quelques screens. D’ailleurs chaque image qui illustre cet article vient de ma partie. Est-ce que je dois vous parler de cette scène où on rencontre des girafes ? J’étais comme une gamine. J’avais du mal à y croire. Le jeu à su me surprendre.

cx37paywgaen8e3

Quand on regarde et qu’on lit beaucoup de choses qui traite des zombies, on sait que ce n’est pas des infectés qu’il faut se méfier, mais des humains. Chaque passage avec d’autres êtres humains était pour moi un supplice. J’avais envie de leur crier de partir, parce qu’on ne sait jamais. Mais non. Souvent, il a fallu se battre et tuer et rarement c’était reposant. Je suis passée par tout un panel d’émotion et c’est à ça que je reconnais un bon jeu. A certains moments, j’ai même lâché ma manette en secouant la tête et en réfléchissant à la situation.

cxj9egawgaaeg8x

Le jeu m’a prise au dépourvu quand je suis retrouvée à incarner Élie. Ça m’a fait le même effet que de passer de Lee à Clémentine dans The Walking Dead. On prend l’habitude de jouer un homme fort qui tue des gens à tour de bras, et là, on joue une jeune fille, voire une enfant beaucoup moins forte. Mais j’ai adoré cette partie. Une nouvelle fois, l’être humain prend une grande place dans ce chapitre de l’histoire et ce n’est pas les zombies les plus flippants, mais bien  les humains qui ont survécu depuis toutes ses années. C’est tellement bien représenté. Cette loi du plus fort pour certains, cette entraide pour d’autres. Parfois, on tombe sur des gens qui essayent de construire quelque chose de durable, de recréer un semblant de civilisation contruit sur de nouvelles bases… Et souvent on tombe sur des groupes de gens près a tout pour vous tuer et pour acquérir vos biens, ou tout simplement par peur d’être tué eux aussi à leurs tours. (ou pour vous manger !)

cx3ybibxaaajjdp

Je n’ai pas grand-chose à dire de plus sur TLOU,  il a su très bien d’osé l’action, l’aventure et l’histoire. On s’attache au personnage, on s’implique dans l’histoire. Aujourd’hui je comprends toute la hype qu’il y a pu avoir à sa sortie à l’époque. J’en parle avec beaucoup d’affection et ça ne sert à rien que je vous parle de gameplay ou de ces quelques petits défauts (Joël, agréez déménageurs et porteur d’échelle depuis 20 ans.) Parce que ça a déjà était fait un million de fois sur le net. C’est un article tout à fait personnel sur mon ressenti une semaine après avoir fini le jeu. Je m’en suis remise, et je le recommencerai avec beaucoup de plaisir avant de le renvoyer à son propriétaire.

cx431xfwiaazqu2

Avant de vous quitter, je dois vous parler de ce moment, ou vous dodeliner de gauche à droite accroché par les pieds à une corde et où vous tirez tête à l’envers sur des zombies qui attaques Élie… Ce moment que j’ai twetté. J’ai eu beaucoup de retours comme quoi ce n’était pas un moment agréable pour certains joueurs (difficulté ?) l’ayant fait sur PS4 & PS3, .. Ça reste un des meilleurs moments de gameplay pour moi. Ce stresse, cette angoisse. Un réel plaisir.

Je suppose qu’énormément d’entre vous ont déjà fait le jeu, mais comme toujours, je serai enchantée d’en parler avec vous. Et on se retrouve chaque jour dans cet article ici pour un 30 day vidéo game challenge. On se retrouve très bientôt pour un nouvel article.

À propos de moi !

OZSMOZ

Joueuse PC, sérievore, Marvel addict, et fan incontestable de Mass Effect, Bob's Burger & Z Nation. Promis je n'essayerais pas de vous pousser vers la sainte lumière du PC. Souvent je fais des blagues nulles, mais j'assume.

Laisser un commentaire