Jeux Indépendants

Seasons after fall, d’une saison à l’autre.

Écrit par OZSMOZ

160822_fall_1

Avant toute chose, je vous conseil de mettre en route le lecteur de musique du jeu et de vous laissez porter, rien que ça devrait vous convaincre! Je reviens donc aujourd’hui pour vous parlez de Seasons after fall,  jeux créer par la boite swing swing surbmarine. J’ai pris l’habitude de vous parlez des gros jeux que je fais, parce qu’il est évident que plus les années passent et plus je passe du temps sur des AAA alors  qu’au début de mon blog, je parlais plus souvent de jeux indépendants . Alors il est temps de revenir vers le pourquoi j’ai créée ce blog, vous faire peut-être découvrir un jeu qui en vaut le coup.

 

seasons_after_fall_concept01

Si vous êtes un fervent lecteur de mon blog vous savez que j’ai une admiration certaines pour les jeux avec une touche artistique marqué. Pastel, crayon, aquarelle... de part mon éducation (mon papa étant peintre) j’y suis très attachée et très attirée. (Souvenez vous de mon éloge du magnifique Child of Light ) et je pourrais reprendre les mêmes termes pour parler de Seasons after fall. C’est un ravissement pour les yeux. Sauter d’une saison à l’autre, d’une couleur à l’autre est un régale. L’hivers nous offre des tons froids, bleutés et violets, pendant que l’automne lui se couvre de couleurs chaudes orangés et rouges quant au printemps et l’été le vert domine mais le jaune et la pluie également. Un régale pour les yeux et bien plus que ça, un véritable amusement. Si vous vous prenez au jeu autant que moi, vous allez passer parfois plusieurs minutes à contempler les décors. Et si cela ne vous a pas déjà séduit et que vous n’êtes pas entrain de sortir votre carte bancaire pour vous payez le jeu, je continue.

04-seasons-after-fall-misty-equinox

Si vous avez lancer la musique, vous vous êtes donc rendu compte que la bande son était sublime. Elle nous accompagne tout le long du jeu par intermittence et se mêle parfaitement bien à l’univers.  Si vous ne l’avez pas lancée, je vous le conseil encore une fois très fortement. De plus on retrouve deux voix off formidables qui n’en sont pas à leur premier essaie: Adeline Chetail (Kiki la petite sorcière Wakfu, Le vent se lève…) et Vincent Grass qui a fait tellement de voix que s’en est impressionnant ( Gimli du Seigneur des Anneaux, Agent Smith de Matrix par exemple.) Musique plus voix off particulièrement belles, on a un jolie combo de ce côté.

07563493-photo-seasons-after-fall

Mais sinon, ce jeu, de quoi est-ce qu’il parle? Et bien c’est plutôt simple, nous incarnons un renard qui est lié à une « petite graine ». Et c’est ainsi que nous allons réveiller les gardiens des quatre saisons pour récupérer un pouvoir qui nous permets des les invoquer (les saisons, pas les gardiens). Votre renard n’a pas beaucoup de pouvoir, si ce n’est sauter et japper, mais avec ceux des saisons un nouveau gameplay s’offre à vous. Car oui, pendant l’hiver l’eau se gèle et vous permet de vous déplacez sur l’eau, l’automne fait s’ouvrir les champignons et on découvre de nouvelles plateformes, le printemps avec sa pluie fait monter les eaux et l’été fait pousser de nouvelles plantes... Vous aurez donc compris le principe, on bascule d’un simple mouvement de doigts d’une saison à l’autre, faisant évoluer le décors et nous permettant de nous déplacer à notre  guise. C’est pour cela que ce n’est pas qu’un simple jeu de plateforme mais aussi un jeu de jugeote ou il vous faudra quelque peu réfléchir pour avancer correctement. Vous devrez aussi prendre en compte votre environnement forestier et les petites bêtes qui y habitent et qui peuvent parfois vous filez un petit coup de main dans votre aventure.

seasonsafterfall_spring2014

Alors encore une fois, est-ce qu’on a affaire à un sans fautes? Et bien, graphiquement le jeu est un régale pour les mirettes, le gameplay est facile à prendre en main et s’adapte parfaitement à la situation et est très agréable à jouer. Les voix off et les musiques viennent s’ajouter à ce beau tableau. Hélas, je trouve qu’une fois passé la première partie, je jeu tire en longueur. C’est simple le jeu est basé sur quatre zones définies qu’on découvre en allant chercher les quatre saisons. Et qu’on recommence à parcourir ensuite tout au long du jeu. Alors certes, on découvre de nouveaux endroits non accessibles au début, mais ça s’essouffle sur la fin de la partie. Mais le jeu en a conscience et fait des efforts en nous obligeant a voir l’endroit d’un nouvelle œil à chaque passage. Et si au début, notre aventure était plutôt bien encadrée, à la fin, j’ai eu l’impression de me balader au petit bonheur la chance, de résoudre quelques énigmes parce que je suis passée par là pas hasard.

1035

Je noterai un détail qui m’a chagriné quelque peu aussi, c’est les quelques plans qui nous montre où se trouve certaines entrées. (oui bon, c’est pas claire si on y a pas joué.) A un certains moment du jeu vous débloquez des portails qui vous permette d’aller à des endroits non visités de la carte lors de votre premier passage. Portails qui sont montrés par des plans de caméra vraiment pas clairs. Ce qui fait que je me suis retrouvée à chercher pendant plusieurs longues minutes dans le mauvais sens, étant incapable de reconnaître l’endroit où se trouver le dit portail.

screenshot-10-seasons-after-fall-gamescom-20141

Pour conclure je dirais que c’est un véritable plaisir de jouer à un jeu avec une direction artistique aussi magnifique et un gameplay simple et efficace. Même si on sent quelques faiblesses dans la progression, elles peuvent être vite oubliées face aux nombreux points positifs qu’à ce jeu. Si vous avez aimé Ori and the blind forest, vous retrouverez alors cette ambiance. Encore une fois, j’espère que vous serez aussi conquis que moi et que vous accorderez une petite chance à Seasons After Fall et son petit renard adorable.

À propos de moi !

OZSMOZ

Joueuse PC, sérievore, Marvel addict, et fan incontestable de Mass Effect, Bob's Burger & Z Nation. Promis je n'essayerais pas de vous pousser vers la sainte lumière du PC. Souvent je fais des blagues nulles, mais j'assume.

Laisser un commentaire