Jeux vidéo

Une ode pour The Witcher Wild Hunt.

Écrit par OZSMOZ

Dans ce dernier volet, le studios (polonais) CD Projekt se place directement au sommet au côté des meilleurs jeux de rôle de ces dernières années. Je ne peux qu’admirer le travaille de narration, le travail du gameplay, l’incroyable beauté (et vivacité) du monde ouvert, et du doublage VF! J’ai toujours eu un peu peur des mondes ouvert, que je trouve sans vie, creux, et mal utilisé. Mais dans  TWWH, j’ai pu passer des heures à galope sur le dos d’Ablette tout en contemplant (admirative) les couchés de soleil, les animaux, les paysages, … L’open world est vivant, et surtout crédible. Des paysages des îles du nord de Skellige, en passant par le design des habitants, tout est là pour rendre le jeu immersif. 

07872631-photo-the-witcher-3-wild-hunt

Comme a son habitude, The Witcher nous offre une palette de personnages, principaux comme secondaire, plus varié les uns que les autres. Que ça soit physiquement, comme psychologiquement (Gerald à des rides!) Que se soit dans leurs tenues (je retiens cet elfe qui se travestie et qui m’a fait rire un bon moment) leurs physique (certains personnages sont vraiment très laid (Le petit-batard pour n’en cité qu’un, qui en plus d’être détestable est très moche!) leur doublages (le doublage VF est d’une très très grandes qualités) j’ai remarqué que chaque personnages (principaux, secondaires, PNJ, passant dans la rue...) avait été créée avec beaucoup de soin.

16891773315_e99e798307_o

On trouver des personnages atypique à tous les coins de rue: Le baron sanglant, les moires, Jaskier, Vesemir, la famille An Craite, Sac-à-souris (j’adore le dire, j’adore l’écrire.) et j’en passe des dizaines, toutes leurs quêtes, toutes leurs psychologie, et surtout tous leurs dialogues sont rythmés. Magistralement orchestrés pour rendre le jeu immersif.  La moindre petites quêtes annexes est scénarisé (prenez en de la graines Bioware avec Dragon age Inquisition et les centaines de quêtes secondaires/annexes qui render le jeu creux, vide, inutilement long et indigeste.) On peut passé des quêtes principales (parfaitement clair, on sait ou on va, on sait comment on y va.), aux contrats de sorceleur (qui nous demande d’enquêter, de se préparer, et d’attendre le bon moment) aux quêtes secondaires (sauver un enfant, la femme de quelqu’un, trouver un tueur en série…) ou même la recherche de trésors, sans perdre de vu nos objectifs. D’ailleurs, parlons en des quêtes annexes. Elles ne sont pas là pour faire du remplissage, pour rendre le jeu plus long. Elles s’accordent avec l’histoire, le background, on peut partir d’une quête complètement stupide (chercher une chèvre dans les bois, et on sait tous comme je déteste aller chercher des chèvres dans les bois…) pour finir par trouver un enjeu cacher, une profondeur subtil et surtout, une cohérence avec l’univers du jeu. Nos choix et nos actes ne sont pas factices. (exemple tout bête: on découvre vite qu’on peut libérer des zones envahit par des monstres ou des bandits pour voir revenir des paysans et des marchands. On peut parler à des PNJ d’une certaine façon et plus tard, le regretter ou au contraire se voir offrir de l’aide.) Le moindre de nos faits et gestes peut avoir des conséquences, la moindre quêtes peut tout d’un coup prendre une tournure dramatique. J’avais rarement vu un jeu aussi vivant. Les jours et les nuits se succèdent, la météo est variante et capricieuse, les décors sont sublimes, et les trésors incroyables. J’ai redécouverts le plaisir de chevaucher, et non pas me déplacer d’un  point A à un point B bêtement (comme j’ai pu le faire dans Dragon Age Inquisition par exemple.) et ça grâce à la mobilité de mon personnage. Que ça soit à cheval, à pied, en bateau, le monde m’étais ouvert. Je pouvais combattre du haut de mon cheval, de la pointe de mon bateau et même sous l’eau en fouillant de vieux rafiots engloutis. (qui offre souvent de belles récompenses.)

2457631-the_witcher_3_wild_hunt_geralt_fights_the_giant

Ce qui a été un véritable coup de coeur pour moi fut la découverte de Novigrad. J’ai été littéralement hypnotisé par cette ville. Ses tavernes, ses bordels, ses quaies et surtout: ses gens. Des centaines de personnes grouillants dans la ville, marchant, parlant, courant. Femmes hommes, nains, elfes, enfants, faisant vivre cette ville comme si j’y était. J’ai admiré pendant des heures son architecture et ses ruelles, me baladant sans but à le recherche de nouvelle quête ou d’un marchant, en écoutant les conversations des gens. C’est un énorme point fort du jeu. Pour la première fois dans un jeu, je me retrouvais face à une ville vivante, bougeant, respirant, évoluant. Je suis encore ébahit par tout ce qu’à a offrir cette ville, même après y avoir courru les pavés pendant des heures.

q9a81qq

Géralt se déplace avec une aisance particulièrement appréciable et les combats n’en sont que plus magistraux. Certains combats deviennent tactiques grâce au bestiaires des montres qui nous aide tout au long de notre périple. Quels sont les faiblesses des Goules, des Noyeurs, des Sirénes, Wyvernes, ainsi que tous les différents spectres … Le nombres d’ennemis dans ce jeux, et les détails qui leurs sont apportés, et tout bonnement ahurissant. Ils sont là, ils nous guettent, ils nous attendent, ils effrayent les paysans, ils tuent des gens le long des chemins et on les rencontre partout. Les monstres font partie intégrante de ce jeu, et ils ont tous une histoire, une faiblesse à exploiter et le bestiaires et là pour nous aider. On part à la recherche de quelques herbes, ou matières premières pour concocter une huile qui sera fatal pour le vampire qui nous attends. Tout a un sens, un but et c’est incroyable.  Et c’est là qu’est la magie de TWWH face à la cueillette de DAI: on a pas a recréer chaque potions. Géralt ne se transforme pas en cueilleur, a courir les champs pour avoir sa dose de pâquerettes tueuses de goules. Une fois une potion, huile... faite, les stocks se refont automatiquement. (prend ça Dragon Age Inquisition, jeu de fermier va!)

ss2014-12-04at05-08-58

Le système de combat (parce que du combat il y en a.) est rapide, souple, et agréable. Esquive, roulade, parade, petit pas sur la gauche, attaque dans le dos, … La prise en main et claire, facile, intuitive et pratique. Le jeu est souple, Geralt aussi. On peut jouer sur tout les fronts surtout quand on rajoute à nos deux épées (comme dit plus haut) les potions, l’arbalète et les sors. Ayant jouer aux deux autres opus il m’était peut être plus facile de prendre en main le jeu, il faudra peut être quelques temps avant de voir toute la subtilités que les combats peut offrir (surtout en utilisant les huiles sur les bons mobs ainsi que les sors.) mais rien n’est superflue, il devient vite indispensable de savoir utiliser tout ce que le jeu nous offre pour ne pas mourir contre nos ennemis. On peut ajouter à ça le système de craft (qui a fait ma plus grande joie). Partout dans le monde, on trouve des schémas permettant de créer armures et armes chez nos amis les artisans. La matière première s’acquière très facilement, en tuant et en lootant sur les mobs, en cherchant dans les coffres, en trouvant des trésors en démontant des armes…  En plus de ça, certaines quêtes débloques des PNJ pouvant nous créer une arme et une amure (a partir du lvl 25 il me semble, j’ai fait ses deux quêtes après le lvl 30) particulièrement résistantes et fortes.

the_witcher_3_wild_hunt_geralt_uses_igni_to_torch_leshen

La montée d’expérience se fait rapidement et simplement, l’arbre de compétence est clair. De plus, on trouve caché un peu partout sur la map des sites magiques qui permette de gagné 1 point de compétence. (ce qui aide a débloquer plus vite certaines compétences. Personnellement, j’ai monté a fond les compétences d’attaque légère et lourde à l’épée. Le signes Axii et Igni, et trois autres bonus). Le jeu ne vous fera pas de cadeau, certains boss sont coriaces. Je me suis vu avoir quelques sueurs froides parfois, rageant contre des monstres, me disant que je n’en verrai pas le bout (je joue en difficile, je sais, c’est pas grand chose mais le try&die c’est pas mon délire. Souffrir pour un jeu non plus.) 

the_witcher_3_wild_hunt_the_city_of_novigrad_by_scratcherpen-d7lz291

Pour ce qui est de la bande son, je chantonnais les musiques au bout de 50h de jeu avec joie. Le travail sonore est parfait. Le vent, la pluie, les discussions de PNJ dans les rues, les sabots d’Ablette, les coups d’épée… Quand aux musiques elle sont mélodieuses, agréables, nous accompagne pendant notre périple sans devenir assourdissantes ou lassantes, s’adaptant aux situations. Elles m’ont bercées tout au long de mes plus de 150 heures de jeux et se fut un régale.

the_witcher_3_wild_hunt-johny_the_godling

De plus l’univers anti manichéen est loin d’être tendre. On retrouve beaucoup de similitudes avec notre monde. Particulièrement dans le conflit entre Humains et les autres races non humaines. (Elfes, nains, Dopplers, …) J’ai rarement vu un jeu mettre aussi bien en scènes notre propre histoire au travers d’un jeu de fantasy.  On trouvera une multitude de thèmes abordés: Racisme, persécution, violence conjugale,… The Witcher a un discours adulte, aborde des thèmes sensibles. C’est un point fort. On rencontre au fil de nos aventures tellement de personnages avec des avis différents, une visions du monde divergente de la  notre,… J’ai trouvé particulièrement touchante l’histoire du Baron-Sanglant par exemple. (et pourtant les thèmes abordés durant cette suite de quêtes sont assez dure.) mais c’est un autre point fort du jeu: son écriture. Les personnages sont bavards, les dialogues sont riches de renseignements sur l’univers et chacun a sa façon de parler, de bouger,…

the-witcher-3-wild-hunt-pc-1390987830-062

De Vellen a Skellige, a cheval ou en bateau, des montagnes aux marais, des couchés de soleil aux pluies torrentielles, en armure lourde ou légère. Géralt de Riv m’aura fait rêver du début à la  fin. The Witcher Wild Hunt est un chef d’oeuvre qui n’a rien a envier à personne et dont certains auraient beaucoup a apprendre. Avec son monde ouvert grouillant de vie, de monstres, d’atrocités plus souvent commit par les humains eux même que par les monstres qu’ils chassent, c’est sans conteste que ce jeu est pour moi, le meilleur de l’année 2015. CD Projekt a su tenir toutes ses promesses et surtout respecter les joueurs et leurs attentes. Je pourrais continuer des heures a parler de chaque petits détails qui font que ce jeu est un véritable plaisir. Ca a redéfinie pour moi le sens de « monde ouvert » . The Witcher s’offre une fin en apothéose et il est devenue avec ce dernier opus un de mes jeux favoris (se plaçant directement sous Mass Effect.) J’aimerai voir plus de jeux comme ça et je suis admirative devant le travail abattu. Si vous n’avez pas encore essayer The Witcher (la trilogie), je ne peux que vous le conseillez, c’est une expérience vidéo-ludique très enrichissante. Rare sont les jeux qui ont réussie a unir aussi unanimement les joueurs. 

the_witcher_3_wild_hunt-the_crones-53f37dcb7f0ee

 

J’espère avoir réussie à rendre hommage à ce jeu: pour mes choix de fin: Ciri est vivante et par avec Geralt courir les routes à la recherche de contrats de sorceleurs. Ma quête final fut d’aller lui chercher une nouvelle épée d’argent. Peu après, Geralt rejoindra Triss et ils auront une vie heureuse. Mais en contre partie dans le monde, la chasse aux sorcières et aux créatures non humaines continue a cause de Radovid, et notre cher ami Dijkstra est mort tué de ma main, alors que j’essayais de récupéré cette fichu sorcière qui m’ennuie depuis un moment.  Je n’ai pas sucombé aux avances de Yen’, que je méprise au plus haut point. 

 

À propos de moi !

OZSMOZ

Joueuse PC, sérievore, Marvel addict, et fan incontestable de Mass Effect, Bob's Burger & Z Nation. Promis je n'essayerais pas de vous pousser vers la sainte lumière du PC. Souvent je fais des blagues nulles, mais j'assume.

Laisser un commentaire