Jeux vidéo

Ma lettre d’amour pour mon jeu de l’année: Divinity Original Sin 2

Écrit par OZSMOZ

Houlàlà, après des mois d’absence je reprends enfin le chemin vers mon blog. Avant de commencer cet article et pour ceux qui ne me suivent pas sur twitter (je vous y invite) j’ai donc fini ma formation (enfin.) en septembre. J’ai pris plusieurs semaines pour me remettre des plus de 120 pages que j’ai dû écrire.

Je reviens vers vous aujourd’hui pour vous proposez un article sur un jeu dont on ne parle pas assez à mon gout: Divinity Original Sin 2. C’est un jeu style jeux de rôle sorti le 14 septembre de cette année sur PC par les studios Larian studios.  Le studio avait déjà fait parler de lui avec Divinity Orginal Sin (qui n’est pas le premier, mais le 5e de la série.)  Qui avait, à l’époque de sa sortie rafraîchie les jeux du genre. (Comprendre vu isométrique et tour par tour.)

DOS2 (de son petit nom) est un jeu qui a été kickstarté et c’est avec énormément de plaisir que j’ai mis 44€ pour en faire l’acquisition, car, cette critique sera sous le signe de l’amour fou entre lui & moi.  Divinity s’ouvre sur une magnifique création de personnages. Le jeu  laisse le choix entre un personnage masculin ou féminin, nain, elfe, humain, lézard, mort-vivant nain, humain, elfe lézard. Chacune de ses classes ayant leurs particularités. Personnellement, j’ai fait une Elfe (donc j’ai la possibilité de manger des cadavres pour voir leurs souvenirs. Bon ap’!) Les morts-vivants par exemple, se soignent avec du poison (et si vous les soignez avec des soins classiques, ils encaisseront des dégâts.). Le jeu vous laisse également la possibilité de jouer avec un des 6 personnages prédéfinis. Deux humain.es, un lézard, une elfe, un nain, et un mort vivant qui ont chacun un backgroun très riche, ainsi que des objectifs à atteindre. La création de personnages est un réel plaisir et, pour les adeptes du jeu de rôle sur papier, vous rappellera des souvenirs. J’ai pu choisir l’aspect de mon personnage (coupe de cheveux, couleur de peau, visage), mais également sa classe  (et là vous avez le choix: mage de guerre, conjurateur, enchanteur, soldat, inquisiteur, voleur, métamorphe, ranger, sorcier, et tant d’autres). J’ai également choisi des compétences (je ne vous ferai pas la liste, mais « ami des bêtes est très utile) et bien sûr, le plus important du jeu: j’ai choisi l’instrument de musique qui me représentait (comment ça, vous vous en foutez?)

Après avoir passé environ 1h20 sur la création de personnages, j’ai pu commencer le jeu. Notre personnage, un ensourceleur, capturé par les magisters, fait voile sur un bateau avec pleins d’autre encourceleur, vers une île prison nommée Fort Joy (je ne ferais aucun jeu de mots!) Le jeu se découpera en trois phases et le but principal de cette première partie est bien entendu de s’évader de cette île. C’est d’ailleurs sur cette même île que vous rencontrerez vos alliés (si vous ne jouez pas avec 3 ami.es a vous, car oui, vous pouvez jouer en coop jusqu’à 4!).

Vous aurez le choix entre six personnages. (Pour ceux du fond qui n’écouteraient pas, oui les 6 personnes possiblement jouables dans la création de personnages.) De mon côté j’ai instapick Fane, Loshe et Ifan. Fane est un mort-vivant d’une ancienne civilisation, c’est mon invocateur spécialisé terre/feu à distance. Loshe est une jeune femme humaine qui cohabite avec une entité, elle est mon heal spécialisé eau/air elle aussi à distance. Ifan quant à lui est mon gredin/voleur/métamorphe deux dagues donc corps à corps. Quant à mon personnage elle est inquisitrice/nécro’ arme à deux mains. Et là vous vous dites « attends c’est quoi ce bordel dans les classes? »  Eh oui, car DOS2 vous offre la possibilité de jouer, ce que vous voulez. Si vous voulez faire un archée spécialisée dans l’invocation, mais aussi voleuseAllez-y. Si vous voulez faire un magicien qui tank avec un bouclier, allez-y. (si ça ne vous convient pas, vous pourrez re-spé’ à votre guise à la fin de l’acte 1 donc, je ne peux que vous conseillez de faire des tests.)

Le livre des quêtes toujours très explicite!

Une fois mon équipe au complet, et les deux pieds sur Fort Joy, j’ai pu commencé à essayé de m’évader. L’aventure m’a menée vers un chien qui souhaitait retrouver son amie chien capturée par des méchants magisters. Vers un homme étrange et très violent, des limaces de feu, des gangs sous terrain, une communauté d’elfes retrancher. J’ai traversé Fort Joy au gré du vent, là où les quêtes et mon destin m’emmener, apprenant à découvrir mes pouvoirs, mais également mes compagnons. Chacun avait un objectif, une quête et leurs propres quêtes m’ont emmené à en découvrir encore plus sur ce fabuleux univers. Car DOS2 est un jeu très très généreux. Ici vous pourrez tout ramasser (ou presque) parler à tout les humains, elfes, nains, morts-vivants, fantômes, et animaux que vous croiserez. Vous pourrez lire des centaines de livres (ou pas.) Qui vous en apprendra toujours plus sur Rivellon.

Les livres de compètences volés… J’en est une belle collection.

J’ai souvent vu revenir comme remarque que le jeu était difficile, alors personnellement j’ai essayé de jouer en Tactique (hard) et … Bon ok c’est MONSTRUEUSEMENT difficile. Mais en normal pour c’est tout à fait abordable. (Et si vraiment vous avez peur je vous invite à jouer en facile, l’aventure n’en sera que plus agréable et rien ne vous empêchera de recommencer dans un mode plus difficile.) Les premiers combats seront peut-être un peu chaotiques, mais la diversité du gameplay et la possibilité de faire des personnages avec plusieurs classes sont un réel plaisir. Mon personnage principal peut aller au corps à corps, mais également se soigner avec le sang de ses ennemies (je trouvais que ça se couplait bien avec le fait de les manger une fois mort.) Invoquer des araignées squelette. Ma heal peut invoquer la pluie, puis la foudre (je vous laisse imaginer.) Mon gredin peut se téléporter derrière les ennemies et les bloquer avec sa métamorphose d’araignée... Je trouve que le jeu permet un très bon équilibre et diversité dans les combats.

C’est dans cette prison en plein air que j’ai découvert des paysages somptueux, une gameplay très riche et une façon d’arriver a mon but par dix façons différentes. (Pour la petite histoire, j’ai fait trois fois la première partie. Une fois pour la découverte, une deuxième fois jusqu’à ce que mon PC portable ne meurt, et une nouvelle fois sur ce nouvel ordinateur.) C’est là toute la beauté du jeu. Ici vous ne suivrais pas un indicateur de map’ qui vous emmène d’un point A à un point B. Vous devrez trouver vous même qu’ »elle est partie par là bas » c’est en fait a 1km5 vers le nord, prés de l’arbre, à côté de la plage. Ne comptez pas vraiment sur le livre de quête, qui ne vous rappellera simplement que: « elle est partie par là bas. » Ça peut être un peu déroutant au début, mais ça vous donne une totale liberté. Vous pouvez aller et venir à votre guise, faire des découvertes dés le début qui vous emmènerons dans de nouvelles aventures avant même d’avoir rencontré la personne qui vous donnera la quête. Pour moi ce fut une réelle bouffée d’air frais de jouer, et de faire des erreurs comme bon me semblait. (Comme ça, 90% de mes quêtes se finissent par un massacre sauvage dans une mer de feu?)

J’ai croisé de drôle de bestioles sur ma route.

Une fois fois Emmie (la copine du chien) retrouvée, le gang de voleurs tués, les magisters assassinés, tous les vendeurs volés, et un bateau volé aussi, j’ai mis les voiles vers la deuxième partie du jeu: Flottebois. Une immense contrée peuplée de plein de gens, de morts, de fantôme et d’animaux. Les quêtes continuent et se succèdent et c’est là qu’arrive un des premiers soucis du jeu. Cette nouvelle zone est assez grande et, le jeu me laisse voguer à ma guise et je comprends vite que le nord de la map’ sera pour plus tard quand, niveau 12 je me casse les dents sur une sorcière ardente niveau 16. Mais cela n’entache rien au jeu, puisque je continue ma folle aventure en sauvant Géraldine la vache et sa copine dont j’ai oublié le nom. J’assassine un requin qui souhaite mourir, je délivre un chien de son affreux maître. Je traîne dans un cimetière en essayant d’adopter un corbeau (ok ok, ce jeu n’a pas que des animaux.) Je pactise avec un gang de nains sous un bar, je continue mon apprentissage de la source, je cherche à aider mes compagnons et je fais des MERS DE FEU GÉANTES avec les magistères qui traînent dans la région. (je deviens aussi championne de l’arène et ça c’est cool!)

Les amures sont cool du début à la fin. (et les elfes aussi.)

J’ai malgré tout eu quelques petits soucis. Notamment un de mes personnages s’est fait « mute » et le docteur qui pouvait le soigner était bugué. J’ai donc dû perdre 3/4 de jeu pour revenir en arrière. J’ai également eu un autre souci de sortilège qui m’a obligé à revenir encore une fois en arrière sur une heure.

Les personnages sont tous très intéressants, les quêtes qui sont surprenantes et nous emmènent dans de folles aventures, la liberté et les possibilités sont infinies ou presque. Le gameplay offre vraiment une grande amplitude et beaucoup de fun. Le scénario principal n’est pas noyé sous une tonne de quête secondaire, car finalement, aucune quête n’est vraiment secondaire. Chaque quête nous offre une partie du puzzle qu’est l’histoire principale. Nos compagnons enrichissent cette histoire de par leurs caractères, leurs vécus et leurs propres quêtes. Les PNJ apportent également beaucoup à l’histoire, car, nous ne suivons pas l’histoire d’un personnage, mais l’histoire d’un monde. Vous devrez parfois marquer vous même les endroits importants sur votre map’, ou encore lire plusieurs quêtes qui se recoupent et vous aideront à y venir à bout. En passant lisant un papier ou un bouquin, une quête pourra même se rajouter, vous aidant à clôturer plusieurs autres. Si vous êtes habitué aux jeux qui vous babysitt’, courage, tenez bon, on s’y fait vite. (Vous aurez peut-être l’impression de tourner en rond au début, mais les situations se débloqueront.)

Les monstres ou ennemis meurs parfois assez salement….

Rajoutons à la grande qualité des dialogues et des doublages (le jeu étant en anglais au niveau des voix, mais en VF pour l’écrit.) Ce jeu ne peut que vous transporter dans son univers. Vous le savez, les jeux à choix de réponses sont mon péché mignon. J’aime avoir la possibilité de forger mon personnage comme je le souhaite, en lui donnant la personnalité que je veux. Et c’est exactement ce que DOS2 nous offre. Si vous montez votre persuasion, vous pourrez alors convaincre moult personnages secondaires de vous laisser passer, d’avouer des choses, ou d’éviter des combats. Si vous montez votre troc vous pourrez négocier (et je vous le conseille, car tout est horriblement cher dans ce jeu), mais si vous monter votre adresse, vous n’aurez même plus besoin de payer, car: vous pourrez tout voler en vous dissimulant en tonneau, buisson ou cailloux (du grand art!)

Au fil de votre leveling le jeu vous proposera de maîtriser plusieurs compétences (une très longue liste) qui vous aideront dans vos combats, vous donnerons des bonus d’xp, ou de parler aux animaux (sans rire, n’oubliez pas de savoir parler aux animaux c’est important) si vous êtes un fan de Jeu de Rôle papier, alors je ne peux vous conseiller encore et encore et encore de tenter l’aventure. L’aventure avec le narrateur vous rappellera vos folles soirées avec votre MJ préféré.

Y’a vraiment des endroits complètement improbable à découvrir.

En combat, n’oubliez pas votre environnement. Si l’huile prend feu, le feu s’éteint avec de l’eau, l’eau est conducteur… Des barriques d’eaux peuvent être pas loin (ou de poudre attention, la mer de feu n’est pas loin.) Les sors de zone ne touchent pas que vos ennemies si vos compagnons ne sont pas loin, les cailloux dans la face vont les blesser aussi. Je ne pourrais dire qu’une chose, c’est que le jeu est intelligent. Les mages distances et les archées seront les plus heureux en hauteur. Le feu soigne le feu, le poison soigne le poison, et l’huile, ça fait boum (je ne le dirais jamais assez.)

Une petite liste de défaut avant de clôturer cet article: l’inventaire! C’est la guerre là dedans. Et encore plus quand, comme tout le monde, on a un personnage qui fait du troc et qu’on doit déposer un à un les items à vendre dans son inventaire. J’ai dû passer 3 heures en tout dans le jeu rien que sur l’inventaire de mes personnages. Quelques petits bugs, des quêtes qui ne se clôturent jamais alors que je les ai finis. Des personnages (le doc’ de flottebois) la barre de sors qui se bourre automatiquement de toutes les merdes que je ramasse (potions diverses et variées, flèches alors que j’ai 0 arché dans ma team, bombes …)

Le jour où j’ai rencontré un ourse qui souhaitait faire de la… Philo avec moi.

Mais sinon, ce jeu approche de la perfection. Je ne vous parlerai pas de l’histoire, car je souhaite vraiment que chacun puisse la découvrir. Le must c’est quand même la possibilité de faire l’aventure a plusieurs. Ça donne une sacrée rejouabilité, et surtout une nouvelle expérience, car chacun ne résout pas les quêtes comme son voisin.

Le jeu est disponible sur steam et sur gog et très sincèrement, c’est mon jeu de l’année. D’ailleurs, c’est même mon meilleur jeu depuis Witcher 3. J’y retrouve tout ce que j’aime: de l’humour, des choix de réponse, et une infinie liberté qui me permette de faire une magicienne heal tank au corps à corps invocateur de limasse d’huile explosive voleur de livre de compétence. Noble et hors-la-loi (oui, car, on peut choisir d’être noble, hors-la-loi, barbare, érudit… ce qui donne des choix de réponses en plus lors des dialogues.)

Je ne peux que saluer le talent de Larian studios, qui m’as une nouvelle fois offert une aventure digne des plus belles expériences vidéo ludiques de ses dernières années. Et parmi les Cuphead, Destiny & autres jeux vus et revue, c‘est un vrai bonheur pour moi.

Joueur PC, je vous attends pour une partie à 4. Joueur console, bah. je vous attends pas du coup…  En tout cas, voilà, un article un peu fouillit pour essayer d’en dire un maximum et un minimum à la fois. J’espère que j’aurais été convaincante. J’attends Monsieur Tentation & Monsieur Pat‘ pour une game à plusieurs sur ce jeu. En tout cas, c’est avec plaisir que j’ai repris le chemin articles du clavier. On se retrouve très bientôt, car je n’ai pas mal d’ au chaud (notamment mon bilan des séries de cette année) et certainement un article sur South Park, qui arrive chez moi la semaine prochaine.

Et surtout n ‘oubliez pas: SAUVEGARDEZ!

À propos de moi !

OZSMOZ

Joueuse PC, sérievore, Marvel addict, et fan incontestable de Mass Effect, Bob's Burger & Z Nation. Promis je n'essayerais pas de vous pousser vers la sainte lumière du PC. Souvent je fais des blagues nulles, mais j'assume.

Laisser un commentaire